• Flying Butterfly

Un peu d'art et de culture depuis son salon !

Mis à jour : févr. 1

Bon, on est censé déconfiner depuis une semaine, mais au fond, comme disait à juste titre mon amie Brigitte R., rien ne change pour nous, juste les boutiques ouvertes. Donc nous on ne comprend pas la ruée vers Zara, comme on n'a pas résolu le mystère de l'achat compulsif de papier toilette au début du confinement. Les restaurants, cafés, bars, musées, cinéma, bref, tout ce qui fait notre quotidien culturel restent fermés. Alors, retour à nos écrans et petite sélection de ce que l'on pourrait faire, même s'il faut encore des semaines de confinement pour tout voir. Il y a un début à tout. 

 

Je commence par mon préféré, Jean-Michel Basquiat dont l'exposition à la Fondation Louis Vuitton était époustouflante. Je ne sais pas pourquoi, cet artiste me fait penser à Eddy et Mélanie, des écorchés de la vie eux-aussi (please, pour ceux qui les connaissent pas, ne me demandez pas qui c'est, je préfère ne pas vous répondre), bien qu'ils n'aient aucun rapport avec lui, ni l'un ni l'autre. Petit détour à cette magnifique exposition à laquelle était également associé Egon Schiele.



La Bnf dans mon salon a mis en ligne des millions de ressources, et elle en a. La Bibliothèque nationale de France a proposé de s’inviter directement dans votre salon. Deux fois par semaine, des experts et expertes des collections présentent, depuis chez eux, leur coup de cœur en direct sur la page Facebook de la BnF. Pour mieux suivre ces spécialistes qui décryptent, contextualisent, détaillent voire révèlent les secrets d'un document de leur choix vous pouvez également accéder aux œuvres dont ils font mention via Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF, la banque d'images ou l'un des nombreux sites éditoriaux de la bibliothèque.

©BnF Paris


Confiné mais cultivé ! Le meilleur de l'art en ligne, la sélection du Point est très intéressante allant de Pompéi au Mucem de Marseille, en passant par la moins célèbre Fondation Custodia, nichée derrière l'Assemblée nationale et encore trop peu connue du grand public malgré son incroyable collection de près de 600 dessins italiens et qui ouvre sa base de données des collections en ligne.


Comme le rapporte France Culture, dans le monde entier, les initiatives artistiques se sont multipliées. Le théâtre Bolchoï à Moscou diffuse une série de ballets et opéras sur YouTube, accessibles pendant 24 heures après la mise en ligne (la programmation est à retrouver ici). À défaut de pouvoir accueillir du public, comme de nombreux autres musées, le Getty Museum de Los Angeles donne accès à certains de ses contenus en ligne.


Pour sortir du microcosme parisien, j'ai aimé la sélection du webzine L'influx de Lyon pour les musées et la photographie que je cite intégralement ici. De nombreux musées à travers le monde proposent depuis quelques années des visites virtuelles de leurs collections. Ces visites à faire de chez soi reproduisent parfois les expositions réelles telles qu’elles se présentent au sein des institutions. C’est ainsi que le musée du Louvre propose les visites de quatre de ses galeries où l’internaute a l’occasion de découvrir en même temps que les oeuvres l’architecture des salles où elles sont exposées.  Dans le même esprit, la Fondation Monet à Giverny vous invite à parcourir les différentes pièces de la demeure et des ateliers du maître. A Lyon, le Musée des Confluences propose, via l’application Google Arts and Culture de découvrir, avec plus ou moins d’aisance il est vrai, les espaces du Musée, hors collections. C’est avec une autre forme d’immersion que le Centre Pompidou nous propose la visite de l’exposition Vasarely. Comme si nous y étions, oui, mais cette fois, non pas comme dans un jeu vidéo, mais accompagnés par Michel Gauthier, co-commissaire de l’exposition. La même formule est proposée avec Christian Boltanski.


Le quotidien britannique The Guardian a recensé les dix meilleures visites virtuelles de musées à effectuer depuis son canapé. Trois Musées d’art sont à l’honneur, le Musée Getty de Los Angeles, que l’on peut explorer avec l’outil Art and Culture de Google qui permet de zoomer sur l’image et de l’examiner en détail, l’occasion de voir de près Les Van Gogh,La promenadede Renoir, ou même des pièces et figurines du Néolithique. Une autre option pour explorer le Getty  est celle d’Xplorit qui nous emporte dans les espaces intérieurs et extérieurs du musée; le Musée du Vatican, pour une visite 360, le Musée Guggenheim de Bilbao pour une visite interactive avec Art and Culture. La réalité virtuelle se met aussi au service des musées dans des projets d’expositions totalement virtuelles, c’est-à dire qui présentent de vraies œuvres issues de collections muséales mais dans des lieux recréés pour l’occasion. C’est le cas d’UMA, un musée exclusivement en ligne lancé en 2017.


Pour les amateurs de photographie, on trouve quelques propositions directement sur les sites ou via les réseaux Instagram et Facebook. C’est le cas de La Maison européenne de la photographie qui permet de découvrir l’étonnant artiste Eric Wurm qui, en plus de la photographie, recourt à plusieurs techniques différentes; sculpture, dessin, vidéo, performance. Un plein d’humour et d’absurdité qui peut faire du bien en ce moment.

L’œil de la photographie propose depuis le début du confinement une série intitulée «Au temps du coronavirus » qui publie chaque jour le regard d’un photographe sur la pandémie mondiale. Ce quotidien en ligne sur l’actualité de la photographie n’offre un accès complet que sur abonnement. Néanmoins, chaque semaine, l’intégralité du portfolio de cette série d’un photographe est disponible en libre accès. Le New York Times ouvre le chapitre que nous sommes tous en train de vivre avec une série de photographies sur le monde confiné présentant des clichés de plusieurs lieux à travers la planète. De Paris à New York en passant par Milan, New Delhi et Pékin. Sur une note plus pratique, pourquoi ne pas profiter du temps à notre disposition, plus ou moins important selon que l’on télé-travaille ou que l’on fasse l’école à la maison avec ses enfants, pour faire du tri dans nos photos comme on nous invite à le faire sur le site Phototrend.


Dans un tout autre registre, et dans la série œuvre de confinement, petit clin d'œil au ballet libanais de la compagnie Caracalla qui a accompagné mon enfance et qui signe ici une "Dabké" (danse folklorique traditionnelle libanaise) masquée et confinée.



C'est tout pour aujourd'hui mais il y aurait encore plein de choses à voir et faire, et il y manque un peu de musique par exemple, ce sera pour une autre fois. Enjoy !

43 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Communicante éclectique, Flying Butterfly. Créé avec Wix.com